Cinéchange

  • Entre le 29 mai et le 9 juin 2017
  • Salles de cinéma en Ille-et-Vilaine (cf. liste ci-dessous)
  • Sur réservation : elisa@courtsenbetton.com | Projection suivie d'un échange à destination des jeunes publics
CeB_FFO_2017_UNE_LA_BELLE_VIE

LA BELLE VIE de Marion Gervais

En partenariat avec l’association Unis-Cité Rennes-Bretagne, Courts en Betton a accompagné 32 jeunes volontaires en Service Civique dans le cadre d’un atelier de programmation (entre janvier et mai 2017). Objectifs ? Sélectionner plusieurs films tournés en Bretagne sur des thèmes jeunesse et citoyenneté et accompagner leur diffusion sous forme de « cinéchange » (jeux, débats, animations, etc.) auprès de jeunes publics entre 12 et 25 ans. Deux documentaires de Marion Gervais, tournés en Ille-et-Vilaine, ont été sélectionnés : Anaïs s’en va en guerre et La Belle vie. Les séances s’échelonneront du 29 mai au 9 juin 2017 dans plusieurs salles de cinéma d’Ille-et-Vilaine, plus particulièrement dans les territoires dits prioritaires.

Les salles de cinéma partenaires : CINÉ MANIVEL (Redon), CINÉMA JULIEN MAUNOIR (Saint-George-de-Reintembault), CINÉMONTAL (Montauban) et CINÉMA L’HERMINE (Plélan-le-Grand).

En partenariat avec :

logo_unis_cite
CeB_FFO_2016_SCREEN_ANAIS_S_EN_VA_EN_GUERRE

ANAÏS S’EN VA EN GUERRE Marion Gervais

Ille-et-Vilaine / Quark Productions (Paris) / Documentaire / 2014 / 46’
Anaïs a 24 ans. Elle vit seule dans une petite maison au milieu d'un champ en Bretagne. Rien ne l'arrête. Ni l'administration, ni les professeurs misogynes, ni le tracteur en panne... En accord avec ses convictions profondes, portée par son rêve de toujours : celui de devenir agricultrice.
CeB_FFO_2016_SCREEN_LA_BELLE_VIE

LA BELLE VIE Marion Gervais

Ille-et-Vilaine / Quark Productions (Paris) / Documentaire / 2016 / 58’
Quatre garçons.13 ans à tout casser. Quatre garçons et leur bande, qui dévalent en skate les routes de leur village, entre la mer, la campagne et la ville. Skater toujours plus vite pour s’échapper. Échapper à la vie ennuyeuse, à l’école qui rapetisse les rêves, aux adultes qui ne rient plus...